Université Paris Dauphine
L'annuaire des Anciens
 
 
Mot de passe oublié ?

L’association des étudiants et des anciens du Master 5234 "Management des Organisations culturelles" (ex DESS-234) de l’Université Paris Dauphine.

Portrait d’ancien : Gilles Duffau

vendredi 27 janvier 2012

Diplômé du Master en formation initiale en 2004, Gilles Duffau est actuellement Directeur des nouveaux médias à la Cinémathèque française. La Cinémathèque est une association de type Loi 1901, opérateur d’Etat financé à 80% par le Ministère de la Culture et de la Communication. Elle est chargée de la préservation, la restauration et la diffusion du patrimoine cinématographique. Gilles a été également pendant plusieurs années le président de Biz’Art, aujourd’hui association Dauphine Culture. Parmi les nombreux projets qu’il a mis en place à l’association, citons le colloque « Du gestionnaire au manager culturel » à l’occasion des 20 ans du Master en 2006 au Théâtre National de la Colline à Paris, qui a réuni plusieurs centaines d’étudiants et professionnels des secteurs de la culture.

JPEG - 9.4 ko
Gilles Duffau

Peux-tu décrire ton parcours avant le Master à Dauphine ?

Après mon cursus à l’Ecole de Management de Lyon, j’ai travaillé pendant 8 ans en tant que Consultant dont 5 ans dans le cabinet Accenture : je m’étais spécialisé dans les entreprises des secteurs de la communication, des médias et de la haute technologie. Petit à petit, j’ai éprouvé l’envie de travailler plus spécifiquement dans le secteur de la culture. Or il a fallu que je me rende à l’évidence : dans la culture, il y a peu de grosses structures en dehors des industries culturelles. Un bilan de compétence m’a permis de valider mon besoin d’une formation pour rentrer dans ce secteur. C’est ainsi que j’ai postulé pour le Master de Paris-Dauphine et que mon dossier a été retenu pour la Formation initiale de l’année universitaire 2003-2004.

Quel souvenir gardes-tu de cette année de formation à Dauphine ? Quels sont les cours qui t’ont le plus enrichi ?

J’avais à l’époque 33 ans et je me suis retrouvé au sein d’une promotion avec des étudiants d’environ 10 ans de moins que moi. Cela m’a conféré un rôle particulier au sein de la promotion et je ressentais bien ce « décalage » d’expérience personnelle lié à cet écart d’âge. Surtout, j’éprouvais la nécessité de me construire un réseau, c’est pourquoi je me suis rapidement impliqué dans la vie de l’association des anciens afin de la réactiver très fortement. J’ai pu ainsi l’élargir aux anciens de la formation continue et aux auditeurs libres. Sur le plan purement pédagogique, j’ai beaucoup apprécié les cours d’économie de la culture et de marketing culturel qui m’ont permis de théoriser un certain nombre de choses que j’avais apprises sur le plan pratique.

Peux-tu dérouler ton parcours professionnel après le Master ?

J’ai toujours été attiré par le cinéma. Dans mon réseau de relations professionnelles, j’avais entendu parler du Groupement d’Intérêt Public pour le Cinéma qui devait aménager et gérer le bâtiment de l’ancien American Center à Bercy. C’est ainsi que j’ai pu intégrer la Cinémathèque française en tant que stagiaire. Avec le temps, mon stage de 6 mois s’est transformé en CDD puis en CDI.

En quoi consiste ta fonction de Directeur des nouveaux médias à la Cinémathèque française ? Qu’est-ce qui te plaît le plus et quelles sont les contraintes ?

Je suis responsable de la mise en place et de l’animation des nouveaux outils technologiques au service des missions de la Cinémathèque française : le site Internet, sa déclinaison sur les téléphones mobiles, les catalogues en ligne, les archives audiovisuelles sur Internet, etc. Ma problématique essentielle est d’appréhender comment utiliser les nouvelles technologies pour promouvoir les axes de développement de la Cinémathèque française dans ses différents pôles d’activité (projections, expositions, bibliothèque, musée de la Cinémathèque, activités pédagogiques) : faciliter l’accès à ses collections, diffuser son patrimoine au public le plus large possible… Pour gérer ces projets nécessitant une expertise importante, je dirige une équipe de 3 personnes très spécialisées. Mon département, très transversal, fonctionne au service de toutes les directions de la Cinémathèque.

Quelles sont les perspectives de la Cinémathèque française dans les années à venir ?

En 2007, Il y a eu la fusion de la Cinémathèque française avec la Bibliothèque du Film (BIFI) : cet événement a généré un important projet de fusion des sites Internet des deux institutions. Désormais, il faut passer à l’étape suivante qui est la diffusion de nos contenus et de nos collections, et ainsi permettre à la Cinémathèque française de devenir une référence mondiale dans le domaine du patrimoine cinématographique : les nouvelles technologies doivent permettre une meilleure diffusion de ces savoirs et une collaboration avec d’autres institutions internationales dans ce domaine doit être encouragée, dans la programmation d’expositions au niveau mondial par exemple. Le cinéma a ceci de particulier qu’il est une expression artistique qui se dématérialise de plus en plus et où les avancées technologiques sont les plus fortes : d’où de nouvelles problématiques quant à la conservation des films, leur restauration, la question des ayants-droit… Dans le domaine de l’art cinématographique, les institutions sont donc en prise directe avec une industrie très concurrentielle et avec un modèle économique qui évolue très vite. Les institutions tendent à rentrer elles-mêmes dans cette logique concurrentielle en organisant des expositions-événements (rétrospectives complètes consacrées à Stanley Kubrick en 2011 et à Tim Burton prévue en 2012). La cinémathèque française reste néanmoins dans sa mission d’attirer un large public en organisant de tels événements car ils sont l’occasion de mettre en lumière les autres activités et d’attirer des publics plus nombreux.

Quels conseils donnerais-tu aux promotions actuelles et futures du Master ?

Je conseille vivement aux étudiants de s’investir dans les actions de l’association des anciens, de s’obliger à étendre leur réseau professionnel de façon à se projeter dans le monde du travail et ainsi être confrontés à la réalité très diverse du secteur de la culture.

Association des étudiants et des anciens du Master 2 professionnel 5234 "Management des Organisations Culturelles" de l’Université Paris Dauphine.
Contact : association@dauphineculture.fr


Informatiques et libertés En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données nominatives vous concernant. Vous pouvez exercer ce droit en écrivant à l’adresse suivante : Dauphine Culture c/o Maison des associations du 1er arrondissement 5 bis Rue du Louvre 75001 Paris ou par mail : association[@]dauphineculture.fr